NON à Loi sur la transplantation d'organes

Prélever les organes de personnes en fin de vie sans leur consentement explicite porte atteinte à leur dignité ainsi qu'à leur droit fondamental à l'intégrité physique et à l'autodétermination. Avec la solution de la déclaration, il existerait une alternative éthique.

Arguments