Communiqués de presse

19/08/2020  | OUI aux sujets familiaux et aux avions de combat

Le PEV Can­ton de Berne sou­tient la prise en compte fis­cale des frais de garde des enfants par des tiers, le congé pater­nité ainsi que l’acquisition des avions de com­bat. Le PEV rejette l’initiative de limi­ta­tion et la nou­velle loi sur la chasse.

La direc­tion du PEV ber­nois avait, avant le confi­ne­ment déjà, pris posi­tion sur les trois sujets de vota­tion sur lesquels le peuple aurait dû voter le

Le PEV Canton de Berne soutient la prise en compte fiscale des frais de garde des enfants par des tiers, le congé paternité ainsi que l’acquisition des avions de combat. Le PEV rejette l’initiative de limitation et la nouvelle loi sur la chasse.

La direction du PEV bernois avait, avant le confinement déjà, pris position sur les trois sujets de votation sur lesquels le peuple aurait dû voter le 17 mai 2020. Les délégués ont pris position sur le congé paternité et les avions de combat lors de l’assemblée ordinaire des délégués à Berne.

La direction du parti s’exprime clairement contre l’initiative de limitation. Accepter l’initiative enlèverait à la Suisse la possibilité de participer à armes égales au marché économique européen et de contribuer à le façonner, ce qui aurait des conséquences dramatiques sur l’économie. Au lieu de dénoncer l’accord de libre circulation des personnes, il s’agit, au moyen de mesures ciblées, de trouver des solutions aux conséquences négatives causées par la croissance économique sur les infrastructures de transport, le prix du sol, l’environnement ou les demandeurs d’emploi plus âgés.

La direction du PEV soutient la prise en compte fiscale des frais de garde des enfants par des tiers. L’augmentation des déductions pour enfants décharge également les familles de la classe moyenne qui ne profitent généralement pas des tarifs préférentiels des crèches ou des réductions de prime. Pour le PEV, il est important que la prise en charge par des tiers ou par les parents ne soient pas en concurrence. Le sujet en question prend cela en compte.

Le PEV dit non à la révision de la loi sur la chasse, car elle porte atteinte à la protection des espèces. Ainsi, la nouvelle loi permettrait d’abattre des animaux protégés, même s’ils n’ont pas causé de dommage. De plus, le Conseil fédéral serait habilité à ajouter des espèces animales protégées à la liste des espèces réglementées sans que le peuple ou le Parlement ne puissent s’y opposer.

Les délégués du PEV disent oui à l’unanimité à l’introduction d’un congé paternité payé de deux semaines. Il permet aux pères de pouvoir établir un lien fort avec leur enfant lors des semaines suivant la naissance. Le congé paternité est un pas important afin de concilier la famille et la carrière tant pour les hommes que pour les femmes. Grâce à la solution de la sécurité sociale, il est également abordable pour tous les employeurs et pas uniquement pour les grandes entreprises.

La majorité des délégués du PEV se sont exprimés en faveur de l’acquisition de nouveaux avions de combat. La crise du coronavirus a montré une fois de plus que dans les temps difficiles, chaque pays se soucie avant tout de lui-même. Par conséquent, la Suisse doit pouvoir protéger son propre espace aérien, sa population ainsi que ses infrastructures. De plus, les mesures compensatoires renforcent la place économique ainsi que le secteur de recherche de la Suisse.

Pour toute information complémentaire :
Christine Schnegg, Présidente PEV BE, 076 536 62 88

15/06/2020  | Le PEV soutient l’orientation écologique des taxes sur les véhicules à moteur

Le PEV sou­tient l’orientation éco­lo­gique des taxes sur les véhi­cules à moteur, telle qu’elle est pré­vue dans le projet de loi du gou­ver­ne­ment ber­nois. L’inclusion des émis­sions du CO2 est impé­ra­tive dans le contexte de la pro­tec­tion du cli­mat. D’une part, le tra­fic est un fac­teur impor­tant des émis­sions natio­nales de CO2, d’autre part, il n’y a encore pra­tique­ment aucun signe de réduc­tion de ces émissions.

La com­bi­nai­son pré­vue d’émissions de CO2 et du poids comme base du cal­cul de taxa­tion des véhi­cules à moteur est logique, dans la mesure où ces deux

Le PEV soutient l’orientation écologique des taxes sur les véhicules à moteur, telle qu’elle est prévue dans le projet de loi du gouvernement bernois. L’inclusion des émissions du CO2 est impérative dans le contexte de la protection du climat. D’une part, le trafic est un facteur important des émissions nationales de CO2, d’autre part, il n’y a encore pratiquement aucun signe de réduction de ces émissions.

La combinaison prévue d’émissions de CO2 et du poids comme base du calcul de taxation des véhicules à moteur est logique, dans la mesure où ces deux facteurs influencent la pollution routière, les besoins énergétiques ainsi que l’écologie. Le PEV salue que les tarifs dégressifs actuels pour les catégories de véhicules lourds soient supprimés. Les routes du canton de Berne sont bien construites et bien entretenues et n’ont pas besoin de véhicules tout-terrain lourds qui grèvent inutilement l’environnement et l’infrastructure routière. Les véhicules tout-terrain ne sont par conséquent réellement justifiés que dans des cas exceptionnels.

Le PEV espère que la nouvelle orientation de la taxe sur les véhicules aura un effet incitatif et écologique positif sur la vente de véhicules. L’utilisation d’une partie de la taxe sur les véhicules à moteur au bénéfice du budget de l’état est conforme au principe de causalité. En effet, le trafic individuel motorisé génère non seulement des coûts pour les infrastructures, mais également dans les domaines de la santé et de l’écologie, en raison de facteurs tels que le bruit et les polluants.

Pour le PEV, le projet du gouvernement a cependant un défaut. L’émission de CO2 des véhicules à moteur lourds ne doit pas être prise en compte dans leur taxation. Certes, le PEV comprend que l’industrie ne doit pas être sujette à encore plus de taxes. Comme alternative, les émissions de CO2 des véhicules lourds doivent être calculées de manière que les taxes, calculées dans leur ensemble, ne soient pas plus élevées. De cette manière, chaque personne ainsi que chaque entreprise, faisant des efforts pour acquérir des véhicules à faibles émissions de CO2, seraient récompensées. De plus, cela inciterait les fournisseurs à développer des véhicules à faibles émissions de CO2.

Pour plus d’informations :

Barbara Streit-Stettler, Députée au Grand Conseil, membre de la commission des finances, 079 783 54 78

28/02/2020  | Grand tournus pour le groupe parlementaire du PEV

Le groupe PEV du Grand conseil va vivre un grand tour­nus. Fin mai 2020, les vieux renards du Grand Conseil Ruedi Löf­fel, Marc Jost et Mar­tin Aeschli­mann se reti­re­ront. Ils seront rem­pla­cés par Tabea Bossard-​Jenni (Ber­thoud), Hans­pe­ter Stei­ner (Boll) et Mar­gret von Ber­gen (Ueten­dorf), trois per­son­na­li­tés dotées d’une grande expé­rience politique.

Ce chan­ge­ment engendre une aug­men­ta­tion de la pré­sence fémi­nine. Pour la pre­mière fois de son his­toire, le groupe de dix per­sonne du PEV aura

Le groupe PEV du Grand conseil va vivre un grand tournus. Fin mai 2020, les vieux renards du Grand Conseil Ruedi Löffel, Marc Jost et Martin Aeschlimann se retireront. Ils seront remplacés par Tabea Bossard-Jenni (Berthoud), Hanspeter Steiner (Boll) et Margret von Bergen (Uetendorf), trois personnalités dotées d’une grande expérience politique.

Ce changement engendre une augmentation de la présence féminine. Pour la première fois de son histoire, le groupe de dix personne du PEV aura désormais, avec 6 députés au Grand conseil, une majorité féminine. Les trois nouveaux membres du Conseil présentés ici entreront en fonction le 1er juin 2020.

Tabea Bossard-Jenni, est, en tant que membre de la direction, responsable des ressources humaines et du marketing au sein de l’entreprise «Jenni Energietechnik AG». Cette mère de deux enfants est membre depuis 2012 du conseil municipal de Berthoud et se concentre, comme son père avant elle, représentant du PEV au sein du Grand Conseil de 2006 à 2012, sur les questions économiques, environnementales et énergétiques. Cette économiste d’entreprise de formation de 31 ans, est la plus jeune députée que le PEV ait eu au Grand conseil bernois.

Hanspeter Steiner, 56 ans, de Vechigen, travaille en tant que formateur de conducteurs de locomotive. La durabilité lui tient particulièrement à cœur. En tant que co-fondateur et Président de la coopérative Optimasolar Worblental, ayant déjà construit et exploité plusieurs grosses centrales d’énergie solaire, il s’engage par conviction en faveur du tournant énergétique. Depuis 2012, ce père de deux filles adultes, est également membre de la direction du PEV canton de Berne.

Margret von Bergen, 60 ans, originaire d’Uetendorf, travaille en tant qu’infirmière dans les soins de transition et de courte durée. Cette mère de trois enfants adultes, a la politique sanitaire et sociale particulièrement à cœur, et en particulier les questions générationnelles et des aînés. De 2005 à 2014, elle a, en tant que conseillère municipale au sein du département des affaires sociales et de la jeunesse, placé des accents importants, par exemple au moyen de la création d’un service de coordination des bénévoles.

Les trois politiciens PEV sortants comptent parmi les députés les plus éminents du Grand conseil. RuediLöffel a été actif 18 ans au sein du Grand conseil. Parmi ses plus grands succès, mentionnons les zones non fumeurs dans les espaces publics intérieurs et les restaurants dans le canton de Berne. Marc Jost a été membre du parlement cantonal pendant 14 ans et l’a présidé dans l’année 2014/2015. Il a été couronné de succès avec ses interventions et propositions concernant l’aide au développement, la politique familiale et pour le renforcement de l’imposition forfaitaire. Martin Aeschlimann a politisé 8 ans au sein du Grand conseil. L’architecte a plaidé en faveur d’une construction efficiente au niveau énergétique, en faveur du tournant énergétique et en matière des risques liés à la centrale nucléaire de Mühleberg.


Contacts:
Christine Schnegg, Présidente PEV BE, 076 536 62 88
Hanspeter Steiner, nouveau député du PEV, 079 227 79 01
Tabea Bossard-Jenni, nouvelle députéé du PEV, 076 303 53 05
Margret von Bergen, nouvelle députéé du PEV, 033 345 52 28

12/04/2018  | Projet populaire pour une aide sociale efficace

Une large alliance d’associations et de par­tis lance un projet popu­laire pour une aide sociale effi­cace. Le comité « Aide sociale effi­cace » n’est pas d’accord avec les coupes dans l’aide sociale déci­dées par le Grand Conseil. Mais au lieu de sim­ple­ment lan­cer un réfé­ren­dum, il pro­pose un cer­tain nombre de mesures net­te­ment plus effi­caces qui sont aussi pro­fi­tables aux béné­fi­ciaires de l’aide sociale.

Lors de sa ses­sion de mars, le Grand Conseil a adopté le projet de révi­sion de la loi sur l’aide sociale, lequel pré­voit des coupes de 8 %, voire de

Une large alliance d’associations et de partis lance un projet populaire pour une aide sociale efficace. Le comité « Aide sociale efficace » n’est pas d’accord avec les coupes dans l’aide sociale décidées par le Grand Conseil. Mais au lieu de simplement lancer un référendum, il propose un certain nombre de mesures nettement plus efficaces qui sont aussi profitables aux bénéficiaires de l’aide sociale.

Lors de sa session de mars, le Grand Conseil a adopté le projet de révision de la loi sur l’aide sociale, lequel prévoit des coupes de 8 %, voire de 30 % pour certaines personnes, sur le forfait pour l’entretien. Une large alliance de fédérations, associations et partis refuse ce plan d’austérité et a décidé de lui opposer un projet populaire constructif.
 
La révision de la loi sur l’aide sociale approuvée par le Grand Conseil est pour une large part un démantèlement des prestations. Cela touchera avant tout les enfants et les jeunes, qui représentent un tiers des personnes prises en charge par l’aide sociale. La majorité bourgeoise au Parlement espère ainsi d’une part réduire les dépenses du canton et d’autre part encourager les bénéficiaires de l’aide sociale à réintégrer le monde du travail en leur mettant la pression. Le comité « Aide sociale efficace » doute que ce soit en leur coupant les vivres que ces derniers vont retrouver plus vite un emploi. Il vaudrait mieux commencer par créer les places de travail nécessaires, et donner aux bénéficiaires de l’aide sociale la possibilité de se perfectionner pour faire la différence sur le marché de l’emploi. La révision de la loi sur l’aide sociale attribue déjà plus de poids au rôle de l’économie ; nous reprenons cette idée dans notre projet, mais le comité demande également que le canton propose une offre ciblée de perfectionnement professionnel pour aider les personnes à l’aide sociale à retrouver un emploi. Il faudrait en outre que les chômeurs de plus de 55 ans ne soient plus soutenus par l’aide sociale, mais qu’ils reçoivent des prestations complémentaires à l’AVS/AI. Ce serait une bonne manière de traiter ces personnes dans le respect de leur dignité tout en leur évitant de tomber dans la pauvreté. Enfin, le comité réclame des prestations d’appoint conformes aux taux de la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS) reconnus dans toute la Suisse.
 
De cette façon, il y aurait à long terme moins de gens dépendants de l’aide sociale, ce qui serait tout bénéfice, et pour eux et pour les finances du canton, et laisserait en même temps plus de moyens pour donner aux personnes encore à l’aide sociale un soutien suffisant pour vivre dignement.
 
Le comité commencera la collecte de signatures le 18 avril avec la publication du projet populaire dans la feuille d’avis officielle. Il est convaincu qu’il parviendra à récolter les 10’000 signatures attestées nécessaires dans le délai de trois mois imparti.
 
Le comité « Pour une aide sociale efficace »