Non au consentement présumé

Le PEV Suisse et le PEV du can­ton de Berne se pro­noncent clai­re­ment contre la solu­tion du con-sentement pré­sumé au don d'organes.

La loi sur la trans­plan­ta­tion d’organes pro­pose une solu­tion du consen­te­ment pré­sumé. Celle-ci porte atteinte à la dignité des per­sonnes ainsi qu'à leur droit consti­tu­tion­nel à l'intégrité phy­sique et à l'autodétermination. Il est faux que le silence d'une per­sonne décé­dée soit sim­ple­ment inter­prété comme un consen­te­ment et que, en fin de compte, on aug­mente ainsi for­te­ment la pres­sion sur les proches. Le PEV rejette cette loi et se pro­nonce pour le modèle de la décla­ra­tion pro­posé par la Com­mis­sion natio­nale d'éthique pour aug­men­ter le nombre des dons d'organes.

Marianne Streiff-Feller, Conseiller natio­nal, PEV