OUI aux sujets familiaux et aux avions de combat

Le PEV Can­ton de Berne sou­tient la prise en compte fis­cale des frais de garde des enfants par des tiers, le congé pater­nité ainsi que l’acquisition des avions de com­bat. Le PEV rejette l’initiative de limi­ta­tion et la nou­velle loi sur la chasse.

La direc­tion du PEV ber­nois avait, avant le confi­ne­ment déjà, pris posi­tion sur les trois sujets de vota­tion sur lesquels le peuple aurait dû voter le 17 mai 2020. Les délé­gués ont pris posi­tion sur le congé pater­nité et les avions de com­bat lors de l’assemblée ordi­naire des délé­gués à Berne.

La direc­tion du parti s’exprime clai­re­ment contre l’initiative de limi­ta­tion. Accep­ter l’initiative enlè­ve­rait à la Suisse la pos­si­bi­lité de par­ti­ci­per à armes égales au mar­ché éco­no­mique euro­péen et de contri­buer à le façon­ner, ce qui aurait des conséquences dra­ma­tiques sur l’économie. Au lieu de dénon­cer l’accord de libre cir­cu­la­tion des per­sonnes, il s’agit, au moyen de mesures ciblées, de trou­ver des solu­tions aux conséquences néga­tives cau­sées par la crois­sance éco­no­mique sur les infra­struc­tures de trans­port, le prix du sol, l’environnement ou les deman­deurs d’emploi plus âgés.

La direc­tion du PEV sou­tient la prise en compte fis­cale des frais de garde des enfants par des tiers. L’augmentation des déduc­tions pour enfants décharge éga­le­ment les familles de la classe moyenne qui ne pro­fitent géné­ra­le­ment pas des tarifs pré­fé­ren­tiels des crèches ou des réduc­tions de prime. Pour le PEV, il est impor­tant que la prise en charge par des tiers ou par les parents ne soient pas en concur­rence. Le sujet en ques­tion prend cela en compte.

Le PEV dit non à la révi­sion de la loi sur la chasse, car elle porte atteinte à la pro­tec­tion des espèces. Ainsi, la nou­velle loi per­met­trait d’abattre des ani­maux pro­té­gés, même s’ils n’ont pas causé de dom­mage. De plus, le Conseil fédé­ral serait habi­lité à ajou­ter des espèces ani­males pro­té­gées à la liste des espèces régle­men­tées sans que le peuple ou le Par­le­ment ne puissent s’y oppo­ser.

Les délé­gués du PEV disent oui à l’unanimité à l’introduction d’un congé pater­nité payé de deux semaines. Il per­met aux pères de pou­voir éta­blir un lien fort avec leur enfant lors des semaines sui­vant la nais­sance. Le congé pater­nité est un pas impor­tant afin de conci­lier la famille et la car­rière tant pour les hommes que pour les femmes. Grâce à la solu­tion de la sécu­rité sociale, il est éga­le­ment abor­dable pour tous les employeurs et pas unique­ment pour les grandes entre­prises.

La majo­rité des délé­gués du PEV se sont expri­més en faveur de l’acquisition de nou­veaux avions de com­bat. La crise du coro­na­vi­rus a mon­tré une fois de plus que dans les temps dif­fi­ciles, chaque pays se sou­cie avant tout de lui-même. Par consé­quent, la Suisse doit pou­voir pro­té­ger son propre espace aérien, sa popu­la­tion ainsi que ses infra­struc­tures. De plus, les mesures com­pen­sa­toires ren­forcent la place éco­no­mique ainsi que le sec­teur de recherche de la Suisse.

Pour toute infor­ma­tion com­plé­men­taire :
Chris­tine Schnegg, Pré­si­dente PEV BE, 076 536 62 88