Pour une aide sociale durable

Le 19 mai, les ber­noises et les ber­nois vote­ront sur la loi sur l’aide sociale. Ils devront choi­sir entre une cou­pure de l’aide sociale et le projet popu­laire «Pour une aide sociale effi­cace» sou­tenu éga­le­ment par le PEV per­met­tant de rame­ner les per­sonnes dans le mar­ché du tra­vail et les pro­té­geant de la pau­vreté. Ces réduc­tions ont des conséquences graves pour les per­sonnes concer­nées.

Contre la volonté du PEV, la majo­rité du Grand Conseil 2018 a décidé de réduire l’aide sociale pour les besoins élé­men­taires de 8 %. En rai­son de cette déci­sion, la mino­rité des dépu­tés du Grand Conseil, dont le PEV, a récolté plus de 16000 signa­tures en faveur du projet popu­laire «Pour une aide sociale effi­cace». Ainsi, une famille de quatre per­sonnes dis­pose encore de 5 francs par jour et par per­sonne pour se nour­rir. De nom­breux enfants et de jeunes sont éga­le­ment concer­nés par ces réduc­tions, en effet, un tiers des per­sonnes béné­fi­ciaires de l’aide sociale sont des mineurs. 

Le projet popu­laire est plus durable

Avec ce projet popu­laire, le comité «Pour une aide sociale effi­cace» sou­haite oppo­ser des mesures effi­caces aux réduc­tions:

  •  for­ma­tions conti­nues ciblées pour les béné­fi­ciaires de l’aide sociale afin que ceux-ci puissent (ré)insérer le mar­ché du tra­vail;
  • col­la­bo­ra­tion plus étroite entre l’économie, les ser­vices sociaux et les can­tons afin d’intégrer les per­sonnes de manière plus rapide et avec plus de suc­cès;
  • les per­sonnes en fin de droits ayant plus de 55 ans doivent, après un mini­mum de 20 années de tra­vail rému­néré, être sou­te­nues à la hau­teur des pres­ta­tions com­plé­men­taires afin de les pro­té­ger de la pau­vreté;
  • autres sou­tiens en fonc­tion des approches mises en place par la Confé­rence suisse des ins­ti­tu­tions d’action sociale (CSIAS).

Le projet popu­laire per­met d'économiser des coûts
La cou­pure déci­dée par la majo­rité des dépu­tés du Grand Conseil per­met certes des éco­no­mies à court terme, mais ne per­met pas de réduire le nombre de béné­fi­ciaires de l’aide sociale. Le projet popu­laire, quant à lui, per­met à plus de per­sonnes de retrou­ver une place de tra­vail. Cela aide direc­te­ment les per­sonnes concer­nées et per­met de plus, année après année, d’économiser des mon­tants impor­tants.

Bar­bara Streit-Stettler, dépu­tée au Grand Conseil, Berne

Lors de l'assemblée du 4 avril 2019 les délé­gués du can­ton Berne ont décidé comme suit:

Loi sur l'aide sociale:
Projet du Grand Conseil: NON
Projet popu­laire: LIBERTE DE VOTE
Ques­tion sub­si­daire: PROJET POPU­LAIRE