EN DIRECT DU GRAND-CONSEIL: Groupe du PEV infatigable

Au cours de la ses­sion d’hiver, le groupe PEV s’est engagé en faveur des êtres humains et de l’environnement.

 

Les pol­luants trou­vés dans l’eau potable du See­land avaient alarmé la popu­la­tion. La pré­si­dente de groupe, Chris­tine Schnegg, a donc, en col­la­bo­ra­tion avec des membres d’autres par­tis du Grand Conseil, déposé une motion. Celle-ci a été adop­tée avec une large majo­rité.

Hans Kip­fer a repré­senté la posi­tion du PEV sur le droit fis­cal. Il a exprimé son mécon­ten­te­ment quant au résul­tat de la révi­sion de la loi qui entraîne un allé­ge­ment fis­cal exces­sif pour les entre­prises et une perte de reve­nus pour le can­ton.

Chris­tine Grogg a demandé une aug­men­ta­tion des classes sala­riales pour les ensei­gnants du pri­maire. Le Grand Conseil a accepté sa motion à l’unanimité pour la clas­ser immé­dia­te­ment dans la mesure où l’augmentation sala­riale est déjà pré­vue dans le pro­chain bud­get.

Grâce à une coopé­ra­tion inten­sive entre dif­fé­rents groupes, il a été pos­sible d’établir une obli­ga­tion légale selon laquelle les deman­deurs d’asile peuvent, dès lors que cela est pos­sible, ter­mi­ner leur appren­tis­sage, mal­gré une déci­sion néga­tive. Bar­bara Streit-Stettler a accom­pa­gné ce pro­ces­sus en tant que porte-parole de la mino­rité de la Com­mis­sion de la sécu­rité.

Mar­kus Wen­ger a plaidé en faveur d’une pra­tique uni­forme pour l’octroi d’autorisation d’antennes 5G au niveau com­mu­nal. Le pos­tu­lat cor­res­pon­dant a été adopté par 68 voix contre 67.

Marc Jost a salué la stra­té­gie d’administration digi­tale per­met­tant à long terme de trai­ter élec­tro­nique­ment toutes les affaires avec l’administration com­mu­nale. Il a rap­pelé que cette stra­té­gie était basée sur une inter­ven­tion du PEV datant de 2016.

Mar­tin Aeschli­mann a attiré l’attention sur le fait qu’il n’est pas aisé pour le Conseil d’évaluer un projet com­plexe et de grande enver­gure, tel que l’extension de la faculté de méde­cine dans le quar­tier «Insel» estimé à 340 mio. de francs. Il a demandé au gou­ver­ne­ment la mise à dis­po­si­tion d’une matrice faci­li­tant la com­pa­rai­son.

Mela­nie Beutler-Hohenberger a, sou­te­nue par la majo­rité du Grand Conseil, demandé une ana­lyse du pay­sage hos­pi­ta­lier ber­nois. Les hôpi­taux ne fonc­tion­nant pas selon des prin­cipes pure­ment éco­no­miques, il est néces­saire d’avoir davan­tage d’instruments de contrôle et de coor­di­na­tion des ser­vices hos­pi­ta­liers.

Ruedi Löf­fel s’est battu en vain contre l’extension des heures d’ouverture des maga­sins. Une heure de plus le samedi et quatre ventes domi­ni­cales au lieu de deux par an répon­draient à un besoin de la clien­tèle, ont argu­menté les défen­seurs et l’ont emporté.

Une motion au titre trom­peur «plus de liberté dans l’hôtellerie et la res­tau­ra­tion» a été mise en avant par Tom Ger­ber. Toutes les entre­prises d’hôtellerie et de res­tau­ra­tion, y com­pris les bars sai­son­niers, doivent satis­faire aux mêmes exi­gences. Sinon, de nou­velles injus­tices seraient créées, a-t-il fait valoir avec suc­cès.

Bar­bara Streit-Stettler, Dépu­tée au Grand-Conseil, Berne